Agent commercial

Notre cabinet vous conseille et vous accompagne en droit des agents commerciaux :

  • Création et révision juridique des contrats d'agent
  • Conseil et représentation pour la rémunération et la résiliation des contrats d'agent
  • Revendication des demandes d'indemnisation par le représentant commercial

Un représentant commercial ou agent commercial gère une entreprise de manière indépendante. Il conclut des contrats pour d’autres sociétés ou conclut des contrats pour elles.

Le représentant commercial est un assistant commercial selon le droit allemand du commerce. Il est un entrepreneur indépendant et n’est pas impliqué en tant qu’employé dans l’entreprise. Il organise des contrats pour d’autres entreprises avec le client final ou le consommateur. Une activité indépendante se caractérise par le fait que l’agent commercial est permanent et peut librement déterminer ses propres horaires de travail ainsi que le mode propre de l’activité. Un représentant commercial peut être à la fois une personne physique et une personne morale, telle une GmbH ou une OHG. Il existe une relation contractuelle permanente entre le commercial et l’entrepreneur.

Contrat d’agent commercial

Le contrat d’agent est le point essentiel et la base de l’activité de l’agent.

Le contrat d’agent doit contenir les obligations et droits précis des parties contractantes. Le produit ou service à distribuer par le commercial doit être identifié le plus précisément possible. Le montant de la commission, les conditions de création de la commission ainsi que le remboursement des frais du représentant commercial et la durée du contrat doivent être réglementés dans le contrat.

Protection territoriale et protection des clients

Les particularités éventuelles de la représentation commerciale devraient également être précisées. Un représentant exclusif est un représentant qui ne peut travailler que pour une seule entreprise. D’autres services du représentant commercial au bénéfice d’autres sociétés ne sont alors pas autorisés. Un représentant régional est un agent commercial qui est le seul représentant d’une entreprise dans une zone géographique définie (protection de la zone). Il est également possible pour le commercial de reprendre en charge un certain groupe de clients (protection des clients).

Défense de compétition

Pendant la durée du contrat, l’agent commercial ne peut pas être en situation de concurrence avec l’entreprise. Cela découle du principe juridique selon lequel le représentant commercial doit protéger les intérêts de l’entreprise. Les intérêts de l’agent sont compromis lorsqu’il offre ses services à une entreprise concurrente. La portée de l’interdiction de concurrence dépend du type de contrat. Une interdiction complète de concurrence est autorisée pour un agent exclusif. Si le représentant commercial se contente de négocier les contrats, une interdiction de concurrence de grande envergure peut être inadmissible. Les clauses individuelles de la clause de non-concurrence peuvent être vérifiées par un avocat spécialisé en droit commercial.

Que se passe-t-il si l’agent commercial viole la clause de non-concurrence ?

La société a des droits de défense contre le représentant commercial s’il viole la clause de non-concurrence. L’entreprise peut demander une injonction au représentant commercial. Des dommages-intérêts peuvent également être exigibles aux dépens des représentants commerciaux poursuivis. L’entreprise peut donner un avertissement au représentant commercial. Les conséquences juridiques peuvent aller jusqu’à une résiliation extraordinaire du contrat d’agent.

Interdiction post-contractuelle de la concurrence par l’agent commercial

Une fois le contrat entre le représentant commercial et l’entreprise terminé, il n’y a en pratique plus d’interdiction de concurrence. Le représentant commercial peut alors commencer à travailler pour une entreprise concurrente. De nombreux contrats contiennent une interdiction rétrospective de la concurrence. Le Code de commerce allemand définit quatre conditions préalables à une clause de non-concurrence efficace :

  1. Contrat écrit et remise du document contractuel à l’agent commercial
  2. Durée maximale de deux ans pour l’interdiction de la concurrence
  3. Limité à la zone ou à la clientèle du représentant commercial
  4. Paiement d’une indemnité raisonnable pour la durée de la clause de non-concurrence

Une violation de la clause de non-concurrence subséquente a des conséquences similaires à une violation de la clause de non-concurrence dans le cadre du travail pour l’entreprise : une demande de dommages-intérêts et une mise en demeure peuvent être intentées contre le représentant commercial. Enfin, le commercial perd également son droit à indemnisation pour une clause de non-concurrence ultérieure.

La Cour fédérale de justice allemande a imposé des exigences supplémentaires à la clause contractuelle pour la non-concurrence ultérieure. De bonne foi, les intérêts de l’agent commercial et ceux de l’entreprise doivent être soigneusement pesés. La clause de non-concurrence ultérieure ne doit pas indûment désavantager l’agent commercial. Si une réglementation est inadéquate, elle désavantage l’agent commercial dans la mesure où l’entreprise peut abuser de ses propres intérêts aux dépens de l’agent commercial par le biais d’une rédaction de contrat unilatérale, sans prendre suffisamment en compte ses intérêts dès le départ et lui accorder une compensation adéquate. Cela signifie qu’une interdiction complète de concurrence ou une clause sans indemnité de congé de maternité adéquate peut être ineffective. Le contrat d’agent commercial doit donc être vérifié par un avocat spécialisé en droit commercial afin de déterminer si une clause sur la clause de non-concurrence ultérieure est juridiquement efficace.

Résiliation du contrat d’agence

Si le contrat d’agent commercial est conclu pour une certaine période, le contrat ne peut pas être résilié correctement. Le représentant commercial et l’entrepreneur peuvent conclure un accord de résiliation. Dans ce cas, le contrat peut être résilié si les deux parties contractantes conviennent de résilier le contrat. Un avocat spécialisé en droit commercial doit vérifier si le contrat peut être effectivement résilié afin d’exclure toute demande d’indemnisation de la part de l’autre partie en cas de résiliation.

Résiliation ordinaire du contrat d’agent

Un contrat illimité peut être résilié correctement. Au cours de la première année du contrat, le contrat peut être résilié avec un préavis d’un mois, la deuxième année avec un préavis de deux mois et entre la troisième et la cinquième année du contrat avec un préavis de trois mois. Après une période contractuelle de cinq ans, la relation contractuelle peut être résiliée avec un préavis d’une période de six mois. L’entrepreneur ne doit pas avoir un délai de préavis plus court que le représentant commercial.

Résiliation extraordinaire du contrat d’agent

Une résiliation extraordinaire du contrat d’agent est possible s’il existe un motif important de résiliation. L’entrepreneur et le représentant commercial peuvent tous deux faire valoir un motif important pour eux-mêmes. S’il existe un motif important, il convient de vérifier si la continuation du contrat peut être attendue de la partie contractante respective à la prochaine date de résiliation. Il existe un motif important en cas de violation substantielle des obligations du contrat. Un motif de licenciement pour l’entrepreneur est une violation de la clause de non-concurrence, la faillite de l’agent commercial ou une baisse significative des ventes. Un motif important pour le représentant des ventes est une réduction de commission inadmissible ou une réduction de zone unilatérale décidée par l’entreprise. Avant la résiliation extraordinaire, il est fondamentalement nécessaire que l’associé contractuel soit averti de la violation de ses obligations et que toute nouvelle violation de ses obligations soit menacée de résiliation extraordinaire. Un avertissement n’est pas requis si le manquement est si important que la relation de confiance est finalement détruite, de sorte que la partie qui résilie ne peut plus être censée continuer le contrat. Notre cabinet d’avocats conseille les entreprises et les agents commerciaux sur les conditions de résiliation pour chaque cas individuel.

Demande d’indemnisation du représentant commercial

L’agent commercial peut émettre une demande d’indemnisation contre l’entrepreneur à la fin du contrat d’agent commercial. En résiliant le contrat avec le représentant commercial, la demande de commission du représentant commercial expire. L’entrepreneur a l’avantage de pouvoir continuer à conclure des contrats avec des clients qui ont été négociés par des représentants commerciaux. En compensation de la clientèle acquise, une demande d’indemnisation du représentant commercial peut être émise lorsque le contrat est résilié. Selon la loi, le représentant commercial reçoit une compensation appropriée. Le droit de compensation de l’agent commercial ne peut être exclu à l’avance.

Outre les agents commerciaux, les agents d’assurance et les représentants des caisses d’épargne ont également droit à une indemnisation.

Quand l’agent commercial a-t-il droit à une indemnisation ?

Il y a trois conditions préalables pour que l’agent commercial ait droit à une compensation :

  1. Résiliation du contrat

Le contrat entre le représentant commercial et l’entrepreneur doit avoir pris fin. Le contrat peut être résilié par un accord de résiliation ou par résiliation unilatérale.

  1. Avantages significatifs de l’entreprise

L’entreprise doit disposer d’avantages importants, qui continuent d’exister après la fin de la relation contractuelle. Un avantage peut être la base de clients créée par le représentant commercial. Si des commandes ultérieures de clients après la fin du contrat sont à prévoir, ces avantages sont considérables. À moins que l’entrepreneur ne prouve le contraire, on peut supposer que l’entreprise continuera de faire affaire avec les clients du représentant commercial. Les clients existants, que le commercial n’a pas recrutés, ne font pas partie des clients qui procurent un avantage à l’entrepreneur. Cette exclusion ne s’applique que si le représentant commercial n’a pas accru ses relations commerciales avec ces clients. Dans ce cas, le représentant commercial a droit à une compensation.

  1. Équité

La loi exige également que la rémunération en participations soit égale. Il s’agit du montant de la demande d’indemnisation. Toutes les circonstances doivent être prises en compte dans chaque cas individuel. Une demande d’indemnisation inférieure est équitable si l’entrepreneur a financé le régime de retraite du représentant commercial. Même si l’entrepreneur a accordé à l’agent commercial une autre compensation que sa commission, celle-ci reste à payer. Un paiement plus élevé est équitable si l’acquisition de clients a été difficile pour le représentant commercial ou si le représentant commercial a maintenu des relations avec des clients pendant des années.

Quand l’indemnisation de l’agent commercial est-elle exclue ?

Le Code de commerce prévoit que l’indemnisation de l’agent commercial est exclue dans plusieurs cas :

  1. Revendication dans un délai d’un an

Le droit à réparation de l’agent commercial doit être revendiqué dans un délai d’un an à compter de la fin de la relation contractuelle. La réclamation est exclue si elle est revendiquée plus d’un an après la résiliation du contrat. Il est recommandé de faire valoir la réclamation par écrit et d’avoir une preuve de réception de la lettre de réclamation.

  1. Résiliation par le représentant commercial

Si le représentant commercial a résilié lui-même le contrat, la réclamation est généralement exclue. Toutefois, cela ne s’applique pas si le représentant commercial a un motif important de résilier le contrat. Si la cause de la résiliation est un manquement à l’obligation de l’entreprise, tel un paiement manquant, tardif ou insuffisant de la commission ou la réduction des effectifs de la zone commerciale, le droit à indemnisation persiste. Dans un tel cas, le représentant commercial doit avertir l’entreprise au préalable afin de ne pas compromettre la demande d’indemnisation.

Si le commercial quitte son emploi parce qu’il n’est plus en mesure d’accomplir son travail pour cause de maladie ou de vieillesse, le droit à indemnisation continue d’exister. Si le représentant commercial est âgé de moins de 65 ans, le droit d’indemnisation ne subsiste généralement que pour des raisons exceptionnelles.

  1. Résiliation par l’entrepreneur

Si l’entrepreneur démissionne en raison d’un manquement de l’agent commercial à ses obligations, l’agent commercial perd généralement son droit d’indemnisation. C’est le cas en cas de violation de la clause de non-concurrence.

  1. Planification de la succession

Si l’entrepreneur conclut un accord avec l’agent commercial dans lequel un tiers conclut une relation contractuelle en lieu et place de l’agent commercial, l’agent commercial perd son droit d’indemnisation. Cependant, cet accord ne peut être conclu avant la fin de la relation contractuelle.

Quelle est le montant du droit d’indemnisation ?

Un calcul dit d’indemnisation brute doit être effectué pour le montant de la demande d’indemnisation. Il est lié à la perte de commission de l’agent à la suite de la résiliation. Le total des commissions que le représentant commercial a réalisées avec les clients nouvellement acquis au cours des douze derniers mois et avec les clients existants une fois en place est établi. Selon les cas, un montant de 10 % à 30 % des ventes est déduit, pour les clients qui rompent la relation commerciale avec l’entreprise. Pour les quatre années suivantes, les commissions doivent être calculées sur cette base. Une éventuelle déduction pour fonds propres est alors effectuée. La limite supérieure de la demande d’indemnisation est la moyenne de la rémunération annuelle des années précédentes.

 

Prenez rendez-vous maintenant

Contactez-nous maintenant


    Contact:Wittelsbacherstraße 18 | 10707 Berlin 030 407 417 31info@bildt-law.de